« C’est frais, léger, bien écrit à l’image du reste de l’album »

Dimanche 14 janvier Bronxtet présentait des extraits de son nouvel album en avant-première lors du récital Pianothé au Palais Bondy : 

Pascal Derathé n’a pas raté l’événement – chronique et photos Jazz-Rhône-Alpes.com le 15 janvier 2018 (cliquez ici)

« Une réussite ! »
« Nous avons entendu dimanche Bronxtet pour une première présentation avant la sortie officielle au Hot Club le 20 janvier de l’album Eli’s velvet eyes »
« Nous ne pouvons que vous suggérer d’y aller »

– – –

« L’association lyonnaise Pianothé propose un après-midi piano et jazz. Une petite dizaine de pianistes amateurs présentent des interprétations de standards allant de Scott Joplin, Henry Lodge à Claude Bolling en passant par Antonio Carlos Jobim et d’autres.

Ensuite François de Larrard (pianiste et compositeur de Bronxtet) propose une courte introduction plutôt savante sur ce qu’est le jazz en s’appuyant sur la spécificité de l’improvisation.

Place ensuite à un set de Bronxtet qui dévoile en avant première une partie de son nouvel opus « Eli’s velvet eyes » en commençant par Je veux aller à Bron

Arrive Incidente. Julien Couvrechef prend le soprano. C’est frais, léger, bien écrit à l’image du reste de l’album. Le piano se taille la part du lion.

Tony Truand s’inspire de thèmes de musiques de films noirs, c’est chargé à souhait.

On calme le jeu avec Eli’s velvet eyes (en français « Les yeux de velours d’Eli[sabeth] ») qui donne son titre à l’album Eli’s velvet eyes. La ballade au piano devient valse lente et romantique chantée par le sax soprano avec parfois quelques pas de côté pour vite revenir dans le tempo initial.

Sur Résolution le morceau part en free, le saxophoniste s’isole de ses congénères et improvise dans un coin de la scène, le pianiste fait de même et tous se retrouvent sur un thème très baroque.

Le set se termine par la suite en quatre mouvements For Bronxtet only. Il y a du Parker là-dedans… »